Cette semaine dans «A l’air libre»

Par

Cette semaine, dans « À l’air libre », des enquêtes, des reportages, des interviews… et, surtout, un ton que vous n’entendrez pas ailleurs.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Sarkozy-Takieddine, Biden, argent public détourné, 13 novembre : une semaine dans À l'air libre © Mediapart

Quand, à « À l’air libre », nous parlons d’ouvrir les fenêtres, c’est d’abord pour apporter un bol d’air dans le sombre paysage médiatique. C’est aussi pour vous donner à voir, vous qui nous regardez chaque semaine plus nombreux, l’ensemble de Mediapart. C’est pourquoi « À l’air libre » est en accès libre : une fenêtre en clair sur le journal.

Cette semaine encore, dans l’émission, nous avons reçu lundi François Bonnet pour qu’il nous parle de son enquête sur ces enfants de 10 ans qui, à Albertville, ont vu des policiers en armes débarquer chez eux pour des propos mal placés lors de l’hommage à Samuel Paty. De même, mardi, Antton Rouget est venu nous raconter les dépenses incontrôlées d’un obscur syndicat lycéen macroniste, tandis que, jeudi, Fabrice Arfi nous listait les preuves accumulées par la justice dans l’affaire des financements libyens, quoi qu’en dise Ziad Takieddine dans sa volte-face.

Vous faire entrer dans Mediapart, donc, mais aussi apporter un peu d’air frais en donnant à entendre d’autres voix. Comme celle de la jeune journaliste de The Intercept Akela Lady lundi, à propos de l’élection américaine. Ou celle, mardi, de ce jeune professeur du secondaire qui nous a expliqué comment son établissement avait mis en place son propre protocole sanitaire, pour aller plus loin que les injonctions du ministère. Ou comme, jeudi, cet échange passionnant sur les mémoriaux éphémères avec le sociologue Gérôme Truc, à la veille de la commémoration des attentats du 13 novembre 2015. 

Ouvrir les fenêtres, cela permet aussi de laisser l’esprit s’envoler vers d’autres cieux : nous étions donc également aux États-Unis lundi, en Côte d’Ivoire mardi et au Brésil jeudi. À vous de voir. 

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous