Migrants à Paris: l’ultimatum aux autorités

Invité d’« À l’air libre », Yann Manzi, cofondateur de l’ONG Utopia 56 qui vient en aide aux migrants, annonce une nouvelle action, « type place de la République, ou bien différente mais d'ampleur », si les demandes de logement d’urgence ne sont pas acceptées.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© Mediapart
PDF

« Tous les soirs, des dizaines de familles, d’enfants, de bébés, de femmes enceintes dorment dehors. » Sur le plateau d’« À l’air libre », mercredi soir, Yann Manzi, cofondateur de l’ONG Utopia 56, qui vient en aide aux migrants à Paris comme à Calais, ne décolère pas. Deux mois après l’évacuation violente de la place de la République, des centaines de migrants sont toujours condamnés à l’errance dans les rues de la capitale et de sa banlieue proche. Et ce malgré les promesses de la ministre du logement, Emmanuelle Wargon. Utopia 56 a donc écrit aux autorités pour leur demander une action concrète. En l’absence de réponse et pour dénoncer cette politique de « non-accueil », Yann Manzi lance donc un ultimatum et promet une nouvelle action d'ampleur en cas de non-réponse.

À voir également dans cette même émission, le reportage de Célia Mebroukine à l’Île-Saint-Denis, où un squat a été ouvert pour des exilés en demande de relogement.