L'enfer de la condition ouvrière et animale à l'abattoir

Par

À l'été 2016, le journaliste Geoffrey Le Guilcher s'est fait embaucher durant 40 jours dans un abattoir breton. Il livre aujourd'hui Steak Machine, une enquête de terrain édifiante décrivant la condition ouvrière et animale sur les chaînes d'abattage. Entretien avec l'auteur et bonnes feuilles. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Geoffrey Le Guilcher était un « viandard ». Pas de bonne journée sans tailler une énorme bavette ou un kebab. Peu importe l’origine du morceau. Pourvu qu’il nourrisse. En tête, l’adage de ses grands-parents qui le suit depuis l’enfance : « Mieux vaut manger de la viande tous les jours plutôt que de partir en vacances. » La viande « comme un symbole de réussite et de pleine santé ». 40 jours d’immersion dans un abattoir industriel auront vacciné à vie ce journaliste indépendant, collaborateur à Mediapart, Les Jours, Streetpress ou encore Le Canard enchaîné, devenu à 30 ans flexitarien, un végétarien flexible qui mange encore un peu de viande, mais très peu.