L’ex-députée Sandrine Mazetier soupçonnée de détournement de fonds publics

Par et

La candidate LREM dans le XIIe arrondissement de Paris Sandrine Mazetier a utilisé ses frais de mandat pour verser 18 130 euros de cotisations au PS, lorsqu’elle était vice-présidente de l’Assemblée de 2012 à 2017. Sa situation a fait l’objet d’un signalement à la justice.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tête de liste La République en marche (LREM) dans le XIIe arrondissement de Paris, Sandrine Mazetier est rattrapée par son passé. Selon nos informations, l’ancienne députée socialiste est soupçonnée d’avoir fait un usage illicite de son indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) lorsqu’elle était vice-présidente de l’Assemblée nationale, de 2012 à 2017.