Comment une annexe de Sputnik continue d’informer en France

Depuis le 2 mars, la chaîne Sputnik, financée par l’État russe, n’a plus le droit d’émettre en Europe. En France, sa petite sœur, « Buzz l’Info », continue sa diffusion, en masquant toute relation avec la Russie.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Sur YouTube, « Buzz l’Info » promet un « journalisme proche des gens », « au cœur de la France en crise », « sur des sujets trop souvent tus ». La chaîne a tout d’un petit média indépendant, alors qu’il s’agit en réalité du dernier avatar de la stratégie d’implantation de Sputnik en France. 

Créée en juillet 2021 pour diversifier le public de Sputnik, trop identifiée aux positions du Kremlin, « Buzz l’Info » masque depuis le départ au public sa relation avec le média russe et l’origine de ses financements. Sollicités par Mediapart, ses promoteurs n’ont d’ailleurs pas souhaité répondre à nos questions (voir notre Boîte noire).

Buzz l’Info défend un « journalisme proche des gens », « au cœur de la France en crise ». © Capture d’écran Buzz l’Info / Montage Sébastien Calvet

Cette stratégie de dissimulation s’avère aujourd’hui payante. Alors que les accès à Sputnik France ont été bloqués le 2 mars, dans le cadre des sanctions prises par la Commission européenne contre la Russie, la chaîne « Buzz l’Info », qui compte près de 20 000 abonnés, est à ce jour restée active.

Le 3 mars, elle a diffusé une interview de Nikola Mirković, présenté comme un « humanitaire », « fondateur de l’ONG Ouest-Est », dont l’entretien chez Sputnik quelques jours plus tôt venait d’être bloqué par YouTube.

« Les Américains, on peut dire qu’ils sont arrivés à leurs fins, puisque cette situation de crise a explosé, il y a une guerre aujourd’hui en Ukraine », y déclarait notamment, selon L’Express, ce membre de Solidarité Kosovo, une association fondée par des membres du Bloc identitaire (groupuscule d’extrême droite).

Des émissions tournées dans les mêmes locaux que Sputnik

Plus encore que pour RT France, la couverture de la guerre en Ukraine par Sputnik a été épinglée par plusieurs spécialistes. « Depuis le début de l’invasion russe, Sputnik a relayé sans aucun contexte ni point de vue contradictoire les éléments de langage et fausses informations diffusées par le ministère de la défense [russe] », a ainsi relevé dans Slate Colin Gérard, chercheur à l’Institut français de géopolitique (Paris 8) sur la stratégie d’influence informationnelle russe.

Si les liens entre « Buzz l’Info » et Sputnik France ne sont pas apparents, plusieurs indices permettent de les retracer. La nouvelle chaîne YouTube est incarnée par Fabien Buzzanca, ancien reporter de Sputnik France, et les interviews sont réalisées depuis les studios de la chaîne russe, avec son matériel (voir par exemple les photos ci-dessous).

Le studio de « Buzz l’Info » est le même que celui de Sputnik. © Capture d’écran Buzz l’Info / Archives Sputnik

Concernant la ligne éditoriale, la nouvelle chaîne donne la parole à des voix « dissidentes », principalement positionnées à l’extrême droite de l’échiquier politique, et mobilisées contre la vaccination. Les trois interviews les plus populaires ont ainsi été réalisées avec des figures du mouvement antivax. L’avocat Fabrice Di Vizio (proche de Florian Philippot) sous le titre « On se fout de nous » arrive en tête avec près de 190 000 vues. Suivi du médecin Louis Fouché (dont les connexions avec l’extrême droite ont notamment été documentées ici) avec sa vidéo « Macron finira dans les poubelles de l’histoire », et Florian Philippot lui-même, dans une interview intitulée « On sortira de cette folie ».

Plusieurs économistes hétérodoxes, peu invités dans les médias dominants, ont également participé aux émissions de « Buzz l’Info ». C’est notamment le cas de Dany Lang, membre des Économistes atterrés, interviewé sur la monnaie européenne le 22 décembre.

« Je n’ai jamais refusé de parler aux chaînes russes. RT ne m’a jamais influencé sur ce que j’allais dire. J’avais plus de réserves sur Sputnik, j’ai accepté d’intervenir dans l’émission de [l’économiste] Jacques Sapir », contextualise auprès de Mediapart Dany Lang, en rappelant qu’il est favorable à la prise de sanctions contre le régime de Poutine dans le cadre de la guerre en Ukraine.

L’économiste explique aussi n’avoir rencontré « aucun problème pour parler librement sur Sputnik, ni sur RT ». « J’interviens aussi toutes les deux semaines sur BFM, qui n’est vraiment pas indépendant », ajoute-t-il. Alors, quand il a été « contacté pour donner une interview à “Buzz l’Info” », il a accepté sans souci. « La personne m’a dit qu’elle travaillait pour Sputnik, mais qu’elle montait une émission indépendante », justifie-t-il, « je vais dans les médias indépendants, quand ils ne sont pas à l’extrême droite »

Un autre membre des Économistes atterrés, Henri Sterdyniak, a également participé à une émission, le 3 septembre, sur l’inflation. Mais son animateur, le journaliste Fabien Buzzanca, n’aurait pas été explicite sur l’origine du nouveau média. « On m’a dit que c’était une jeune chaîne qui se lançait, explique Henri Sterdyniak. Je n’ai jamais pensé que cela avait un lien quelconque. » Le public non plus.

Antton Rouget

Mediapart est actuellement en accès libre : profitez-en et faites-le savoir ! Découvrez tous nos contenus gratuitement C’est l’occasion pour celles et ceux qui ne nous connaissent pas de découvrir un journal totalement indépendant et sans publicité qui ne vit que de l’abonnement de ses lecteurs.
L’information est la première force sur laquelle nous devons compter. Une information de qualité, au service du public, soucieuse de l’intérêt général.
Articles, contenus vidéos, podcasts, enquêtes, dossiers... : découvrez-les et jugez par vous-même.
Si vous souhaitez nous soutenir et prolonger votre lecture après la période d’accès-libre abonnez-vous !

Soutenez-nous