Les méthodes de l’extrême droite pour faire taire les journalistes

Par

Des journalistes poursuivis en justice, menacés ou agressés, des médias interdits d’accès : le Rassemblement national (ex-FN) n’a pas rompu avec certaines pratiques à l’égard de la presse. Enquêter sur l'extrême droite reste difficile, surtout lorsqu'on touche au sujet le plus sensible : l’argent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des journalistes poursuivis en justice, menacés ou agressés, des médias interdits d’accès : même sous Marine Le Pen, le Front national, récemment rebaptisé “Rassemblement national”, n’a pas rompu avec certaines pratiques à l’égard de la presse. Couvrir ce parti et enquêter sur l’extrême droite reste difficile et singulier, malgré l’affichage d’un mouvement « dédiabolisé ».