Fermeture de mosquées: des musulmans dénoncent une «punition collective»

Par

L’association Action droits des musulmans a publié un rapport sur les sept fermetures administratives de mosquée prononcées depuis l’adoption fin 2017 de la loi SILT, qui transposait dans le droit commun des mesures de l’état d’urgence. Ce rapport dénonce des procédures opaques et injustes, faisant l’amalgame entre les djihadistes et l’ensemble des musulmans, et reposant sur une méconnaissance de l’islam.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’association Action droits des musulmans (ADM) dénonce, dans un rapport publié jeudi 13 juin, la discrimination et la stigmatisation induites par les fermetures administratives de mosquée au nom de la lutte contre le terrorisme.