Déconfinés, des chibanis réclament des conditions de vie plus dignes en foyers

Par Nejma Brahim

« Comme des morts-vivants. » À Montpellier, des travailleurs ou retraités immigrés se mobilisent pour dénoncer leurs conditions de vie dans certaines résidences Adoma, que la crise sanitaire a rendues plus insupportables encore.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l’entrée du foyer Adoma Le Lavandin, à Montpellier, une pancarte accrochée au mur donne le ton : « Dignité et respect pour les résidents du foyer Adoma ». Le message est signé de la main du DAL 34 (Droit au logement), une association militant pour le droit à un logement décent pour tous.