Médias Vidéo

Vous n’en auriez rien su si Mediapart n’existait pas

Une affaire de chantage à la sextape déstabilise la municipalité de Saint-Étienne, la treizième ville de France. Ce n’est pas une petite affaire locale, c’est un scandale national, un kompromat à la française. Vous n’en auriez rien su si Mediapart n’existait pas.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© Mediapart

Une affaire de chantage à la sextape déstabilise la municipalité de Saint-Étienne, la treizième ville de France. Ce n’est pas une petite affaire locale, c’est un scandale national. Un kompromat à la française. Une pression exercée dans un système mafieux contre un élu qui l’a obligé au silence pendant huit ans.

De ce scandale national, vous n’auriez rien su si Mediapart n’existait pas. Sept mois d’enquête patiente, précautionneuse, avec la tradition de rigueur professionnelle collective de l’équipe de Mediapart. C’est ainsi qu’Antton Rouget a réussi à convaincre la victime de se confier, a obtenu l’ensemble des éléments qui ont permis de faire éclater cette vérité qui aujourd’hui est aux mains de la justice. C’est à ça que ça sert une presse au service de l’intérêt général, du bien public : à nous faire savoir ce qu’autrement nous ne saurions pas. Des corruptions, des mensonges, voire, pire, des crimes. Tout ce qui se fait comme abus, à l’abri soit de la puissance politique, soit de la puissance économique. 

C’est une raison, une bonne raison de soutenir une presse indépendante comme Mediapart, car nous faisons cela sans autre soutien que vos abonnements.
Il n’y a pas de publicité sur Mediapart, il n’y a pas d’aide des multinationales. Il n’y a pas de subvention publique. Il n’y a pas de mécène intéressé. Il n‘y a même pas d’actionnaire. C’est aujourd'hui une structure à but non lucratif qui contrôle et protège Mediapart.

Tout ce travail que nous faisons montre, avec le scandale de Saint-Étienne, qu’il n'est pas seulement fait pour Paris, qu’il concerne l’ensemble du territoire et évidemment le monde entier. Alors c’est le moment, c’est le moment. Que vous soyez Stéphanois ou Stéphanoises, que vous soyez Nantais ou Nantaises, Parisiens ou Parisiennes et de partout en France et dans le monde, abonnez-vous à ce journal indépendant, sans frontières, au service du bien public.

Et puis, si vous voulez débattre de tout cela avec toute l’équipe de Mediapart, c’est en accès libre et gratuit, ça se passe le samedi 24 septembre, un festival populaire au cœur du quartier le plus populaire de Paris : au CENQUATRE, dans le 19ᵉ arrondissement. C’est notre festival annuel. Venez débattre, vous rencontrerez Antton Rouget et toute l’équipe de Mediapart.