Vous n’en auriez rien su si Mediapart n’existait pas

Une affaire de chantage à la sextape déstabilise la municipalité de Saint-Étienne, la treizième ville de France. Ce n’est pas une petite affaire locale, c’est un scandale national, un kompromat à la française. Vous n’en auriez rien su si Mediapart n’existait pas.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© Mediapart
PDF

Une affaire de chantage à la sextape déstabilise la municipalité de Saint-Étienne, la treizième ville de France. Ce n’est pas une petite affaire locale, c’est un scandale national. Un kompromat à la française. Une pression exercée dans un système mafieux contre un élu qui l’a obligé au silence pendant huit ans.

De ce scandale national, vous n’auriez rien su si Mediapart n’existait pas. Sept mois d’enquête patiente, précautionneuse, avec la tradition de rigueur professionnelle collective de l’équipe de Mediapart. C’est ainsi qu’Antton Rouget a réussi à convaincre la victime de se confier, a obtenu l’ensemble des éléments qui ont permis de faire éclater cette vérité qui aujourd’hui est aux mains de la justice. C’est à ça que ça sert une presse au service de l’intérêt général, du bien public : à nous faire savoir ce qu’autrement nous ne saurions pas. Des corruptions, des mensonges, voire, pire, des crimes. Tout ce qui se fait comme abus, à l’abri soit de la puissance politique, soit de la puissance économique. 

C’est une raison, une bonne raison de soutenir une presse indépendante comme Mediapart, car nous faisons cela sans autre soutien que vos abonnements.
Il n’y a pas de publicité sur Mediapart, il n’y a pas d’aide des multinationales. Il n’y a pas de subvention publique. Il n’y a pas de mécène intéressé. Il n‘y a même pas d’actionnaire. C’est aujourd'hui une structure à but non lucratif qui contrôle et protège Mediapart.

Tout ce travail que nous faisons montre, avec le scandale de Saint-Étienne, qu’il n'est pas seulement fait pour Paris, qu’il concerne l’ensemble du territoire et évidemment le monde entier. Alors c’est le moment, c’est le moment. Que vous soyez Stéphanois ou Stéphanoises, que vous soyez Nantais ou Nantaises, Parisiens ou Parisiennes et de partout en France et dans le monde, abonnez-vous à ce journal indépendant, sans frontières, au service du bien public.

Et puis, si vous voulez débattre de tout cela avec toute l’équipe de Mediapart, c’est en accès libre et gratuit, ça se passe le samedi 24 septembre, un festival populaire au cœur du quartier le plus populaire de Paris : au CENQUATRE, dans le 19ᵉ arrondissement. C’est notre festival annuel. Venez débattre, vous rencontrerez Antton Rouget et toute l’équipe de Mediapart. 

À la Une de Mediapart

International — France
Coupe du monde au Qatar : le Mondial de trop
Que le Mondial de foot se joue au Qatar ou ailleurs, l’exaspération démocratique et sociale face à la crise climatique et à l’inégalité des richesses impose aux grandes compétitions de changer de modèle. Il faut documenter et dénoncer la confiscation du football par des instances sportives et politiques ultralibérales. En espérant que les prises de conscience changeront enfin le cours des événements sportifs. 
par Stéphane Alliès
Sports — Note de veille
Indonésie : au moins 125 morts dans l’une des pires tragédies de l’histoire du foot
Prises au piège entre des supporteurs en colère et une riposte policière disproportionnée, au moins 125 personnes sont mortes piétinées ou asphyxiées dans un stade de la ville de Malang, à Java. 
par La rédaction de Mediapart
Justice — Enquête
Blanchiment d’argent : le site Winamax se brûle au jeu
Une enquête judiciaire montre que la plateforme de paris en ligne a violé plusieurs de ses obligations légales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. L’entreprise n’a pas fait le moindre signalement à Tracfin pendant plus de sept ans.
par Yann Philippin et Jean Letellier
Terrorisme — Enquête
Ces ratés que « Kill Bil » n’a pas voulu voir
Françoise Bilancini, la directrice de la DRPP, a dénoncé devant ses ministres de tutelle puis devant la représentation nationale, les failles de son service quand il était dirigé par son prédécesseur. Mais elle a omis de leur communiquer les ratés commis depuis qu’elle est à sa tête.
par Matthieu Suc

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne