Mediapart rend son indépendance irréversible

Par , , et Marie-Hélène Smiejan-Wanneroy

À l’invention journalistique qui a fait sa réussite, Mediapart ajoute une invention capitalistique en logeant 100 % de son capital dans une structure à but non lucratif qui, en le sanctuarisant, le rendra inviolable, non cessible et non achetable. Ce Fonds pour une presse libre aura pour mission d’intérêt général de défendre la liberté, l’indépendance et le pluralisme de la presse.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Depuis sa création en 2008, Mediapart est une exception dans le paysage médiatique : un journal quotidien totalement numérique, totalement participatif et totalement indépendant ; une presse ne vivant que du soutien de ses lecteurs, sans recettes publicitaires ni subventions étatiques ; un média créé et contrôlé par des journalistes. Fondée sur la valeur de l’information – valeur professionnelle de l’enquête, valeur démocratique de l’indépendance, valeur économique de l’abonnement –, la réussite de ce pari a ouvert la voie d’une confiance retrouvée entre le journalisme et le public. 

Autant l’invention journalistique de Mediapart est connue, autant sa dimension économique est mésestimée. Parmi la presse quotidienne d’information politique et générale en France, Mediapart est le seul média dont le capital est contrôlé depuis l’origine par les journalistes qui l’ont fondé. Aucun conflit d’intérêts, aucun mélange des genres, aucune dépendance de milieux extérieurs aux métiers de l’information : assurée par le soutien de vos abonnements – « Seuls nos lecteurs peuvent nous acheter », aimons-nous dire –, cette indépendance économique contraste avec la situation du reste des médias, possédés par des financiers et des industriels plus soucieux de la protection de leurs intérêts privés que de la défense de l’intérêt général.

L’indépendance économique de Mediapart est actuellement garantie par la position de contrôle des quatre cofondateurs (François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel et Marie-Hélène Smiejan-Wanneroy, cosignataires de cet article) au sein de son capital : ils en possèdent 42,08 %, au sein d’un pôle d’indépendance (Fondateurs, Société des salariés, Société des amis et amis individuels) qui, au total, représente 62 % du capital. Le reste du capital appartient à deux investisseurs partenaires historiques (ils sont présents depuis 2008) : Doxa (31,81 %) et Ecofinance (6,32 %).

Depuis la création de Mediapart, la position de contrôle des fondateurs se traduit par leur poids au sein du conseil d’administration, où se prennent toutes les décisions stratégiques pour l’entreprise : sur sept administrateurs, les quatre cofondateurs et le président de la Société des amis (Michel Broué) occupent cinq postes, les deux derniers étant réservés à deux administrateurs extérieurs choisis par l’assemblée générale des actionnaires sur proposition du CA (actuellement Sébastien Sassolas et François Vitrani).

La question de la pérennisation de cette indépendance économique au-delà de la présence des cofondateurs est donc posée depuis l’origine. Ceux-ci ont toujours affirmé leur volonté de transmettre le contrôle du journal à son équipe dans des conditions garantissant la pérennité de son indépendance. Autrement dit, il n’a jamais été dans leur intention de vendre Mediapart au plus offrant, de le transmettre à leurs ayants droit ou de le faire entrer en Bourse. Cela va sans dire mais cela va encore mieux en le disant. Restait à trouver la meilleure solution, la plus inventive et la plus solide, pour que cette transmission du contrôle de Mediapart de ses fondateurs à son équipe soit durablement protectrice de son indépendance.

Dès 2014, lors de notre conférence de presse annuelle, les cofondateurs avaient annoncé leur intention de céder Mediapart à une structure à but non lucratif  qui restait à inventer (lire cet article de Libération). Commencée il y a donc cinq ans, cette recherche a été approfondie depuis trois ans, en concertation avec l’équipe de Mediapart. Elle aboutit aujourd’hui avec une solution inédite qui, proposée par les cofondateurs, a reçu l’approbation des salariés de Mediapart et de ses amis actionnaires. Un vote de toute l’équipe a eu lieu le lundi 24 juin au terme duquel la solution proposée a été approuvée à 93,43 % des exprimés, avec une participation au vote de 91,56 %.

Les scénarios déjà expérimentés d’un actionnariat salarié (bilan de la Société des rédacteurs du Monde et de la Société civile des personnels de Libération) n’ont pas été retenus. En effet, les leçons du passé (le rachat final des journaux concernés par des intérêts privés extérieurs aux métiers de l’information) montrent qu’ils ne résistent pas en cas de difficultés financières et que, de surcroît, ils donnent prise à des enjeux internes de pouvoir. Un semblable bilan critique a été fait pour les sociétés coopératives (SCOP ou SCIC) en matière de presse quotidienne d’information politique et générale.

Le choix finalement retenu n’a qu’un précédent, dans une autre culture démocratique – libérale, au sens anglo-saxon du terme – qui contraste avec les pesanteurs françaises : le Scott Trust qui, depuis 1936, garantit l’indépendance du quotidien britannique The Guardian en veillant à la rendre éternelle par la protection de son avenir (lire ici, , ici et …). Mediapart va donc transférer 100 % de son capital à une structure à but non lucratif qui, en le sanctuarisant et en l’immobilisant, le rendra définitivement non cessible, non achetable, non spéculable.

Ce Fonds pour une presse libre (FPL) sera créé par les cofondateurs de Mediapart et la présidente de l’actuelle Société des salariés (Martine Orange), réunis dans une Association pour le droit de savoir (ADS). Il protégera l’avenir économique et l’indépendance éditoriale de Mediapart en détenant son capital via une structure intermédiaire, la Société pour la protection de l’indépendance de Mediapart (SPIM).

Notre choix est donc de prolonger l’invention de Mediapart par une solution innovante, dans le cadre de la législation française existante : la détention de 100 % du capital de Mediapart par un fonds de dotation, structure à but non lucratif (lire ici, ici et ), qui empêchera tout rachat ou toute prise de contrôle par des intérêts économiques privés. L’indépendance de Mediapart sera ainsi structurellement garantie et protégée.

Au-delà de la sanctuarisation du capital de Mediapart, ce Fonds pour une presse libre (FPL) assurera une mission d’intérêt général, au service de la profession et du public : promouvoir, aider et défendre la liberté de la presse, garante du droit de savoir et de la liberté de dire, soutenir son pluralisme et protéger son indépendance. Son action répond à un objectif d’intérêt général inscrit dans la Constitution de la République française et consolidé par la Cour européenne des droits de l’homme.

L’objectif du FPL est de contribuer à la réalisation, au respect et à la protection de ces principes démocratiques à l’heure des bouleversements de la révolution numérique. Il entend veiller à ce que celle-ci ne soit pas synonyme de régression du pluralisme de la presse, de perte d’indépendance des rédactions et d’affaiblissement de la liberté de l’information. Sa création est d’autant plus nécessaire que les attaques contre la liberté d’informer se multiplient aujourd’hui en France, dans un contexte international de régression autoritaire des démocraties.

Au titre de sa mission d’intérêt général, ce Fonds pour une presse libre pourra recevoir des dons qui bénéficieront des réductions d’impôts que la loi accorde aux particuliers et aux entreprises quand ils contribuent à des causes d’intérêt général, notamment à la défense de droits fondamentaux. Toutefois ces dons ne pourront en aucun cas bénéficier à Mediapart qui, en revanche, devra veiller à verser une partie de ses bénéfices au profit de la cause d’intérêt général du FPL.

À l’avenir, tout en restant une entreprise commerciale dont la seule recette est l’abonnement de ses lecteurs, Mediapart sera donc contrôlé par une structure non capitaliste, étrangère à toute exigence de profit et uniquement soucieuse de l’intérêt général. Contrôlant via la SPIM le capital de Mediapart, le FPL ne pourra pour autant se mêler de sa gestion quotidienne ni de sa politique éditoriale. La SPIM devra simplement veiller à protéger l’avenir de Mediapart par la constitution régulière de réserves financières.

Le soutien de l’ensemble des actionnaires actuels ayant été obtenu fin juin, cette deuxième fondation de Mediapart sera réalisée d’ici à la fin septembre 2019, selon des modalités qui ont été détaillées le 2 juillet 2019 lors d’une conférence de presse. Elles sont reprises dans une brochure téléchargeable ici [La conférence de presse du 2 juillet 2019 (pdf, 1.7 MB)] dont les principales informations sont accessibles sous l’onglet Prolonger de cet article.

Dans le programme clandestin du Conseil national de la Résistance, la liberté de la presse est d’emblée mentionnée comme la condition de « l’établissement de la démocratie la plus large ». Et, pour le CNR, elle passait par « son indépendance à l’égard des puissances d’argent ».

« Toute réforme morale de la presse serait vaine si elle ne s’accompagnait pas de mesures politiques propres à garantir aux journaux une indépendance réelle vis-à-vis du capital », écrivait ainsi Albert Camus à la Libération, en 1944, citation reprise dans le Manifeste que Mediapart a diffusé en 2009, un an après sa création, Combat pour une presse libre.

Durant plus d’un demi-siècle, cette exigence fut au cœur des batailles menées collectivement par les journalistes et les rédactions pour que leur indépendance éditoriale soit garantie par l’indépendance économique des journaux. Qu’elles aient été finalement perdues, avec la mainmise d’industriels et de financiers aujourd’hui imposée à pratiquement tous les médias privés français, rend d’autant plus nécessaire de reprendre le flambeau.

C’est ce défi que l’équipe de Mediapart a collectivement décidé de relever avec la création de ce Fonds pour une presse libre qui garantira son avenir tout en contribuant aux combats de toute la profession pour la liberté de la presse et l’indépendance du journalisme. La confiance retrouvée du public passe par cette libération de l’information des intérêts privés afin qu’elle ne soit plus qu’au service de l’intérêt général.

  • Les explications en vidéo d’Edwy Plenel, Marie-Hélène Smiejan, Laurent Mauduit, Jade Lindgaard, Dan Israel, Fabrice Arfi, Estelle Coulon et Cécile Sourd.

© Mediapart

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Si vous avez des questions ou des interrogations sur cette nouvelle fondation de Mediapart, onze ans après sa création en 2008, n’hésitez pas à nous écrire par courriel à l’adresse suivante : avenir@mediapart.fr . Nous y répondrons collectivement dès mercredi 3 juillet, de 18 à 19 heures, durant notre MediapartLive consacré à la défense de la liberté de la presse (son programme est ici).