Police: la colère de la base ne passe pas

Malgré un plan de 250 millions d'euros annoncé le 26 octobre par le ministre de l'intérieur, les policiers continuent à se rassembler à travers la France, réclamant un élargissement des conditions d'usage de leurs armes et plus de transparence dans la gestion des carrières.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Depuis le 17 octobre 2016, des policiers se rassemblent à travers la France, le plus souvent le soir, devant les palais de justice, préfectures et mairies. Les mots d’ordre circulent sur les réseaux sociaux, hors canaux syndicaux habituels. La structuration du mouvement à l’échelle nationale ne va pas sans mal. Après le retrait des porte-parole d’abord pressentis, l'ancien négociateur du Raid Robert Paturel et le pénaliste Laurent-Franck Liénard, spécialisé dans la défense des policiers, certains policiers annonçaient le 9 novembre, sur leur page Facebook, le dépôt des statuts d’une association appelée « Mobilisation des policiers en colère » (MPC) à la préfecture de Paris. Il s’agit de « faire entendre les revendications de la base » et de « crédibiliser [les mouvements – ndlr] aux yeux de l’administration », explique dans une vidéo leur présidente, Maggy Biskupski, une policière de 34 ans qui travaille en brigade de roulement de nuit dans les Yvelines.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Gouvernement — Enquête
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Climat — Parti pris
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Gauche(s) — Entretien
par Pauline Graulle
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Violences sexuelles — Enquête
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Asie
La Chine, le vrai pays de la « cancel culture »
L’arrivée au pouvoir de Xi Jinping il y a près de dix ans a été marquée par un durcissement du contrôle du débat public en Chine, en particulier sur les réseaux sociaux. Les critiques de la politique « zéro Covid » ou de la guerre déclenchée en Ukraine par l’allié russe viennent d’en faire les frais.
par François Bougon
France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Attentats du 13-Novembre : les grands entretiens — Entretien
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc

Nos émissions