On a le droit de parler de «porosité entre la police et l’extrême droite»

Par

Bernard Cazeneuve avait attaqué en justice le site Fafwatch. Il a été débouté par le tribunal correctionnel de Paris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est possible d’évoquer une « porosité entre la police et l’extrême droite » sur un site internet sans être diffamatoire. C’est ce que vient de décider le tribunal correctionnel de Paris, en déboutant le ministère de l’intérieur de sa procédure contre le site Fafwatch, lancée en novembre 2014. Le tribunal a estimé que de tels propos n’excédaient pas « les limites admissibles de la liberté d’expression au sens de l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme ».