«Gilets jaunes»: le gouvernement s’empêtre dans ses contradictions

Par

Le premier ministre a annoncé mercredi des mesures face à la fronde. Mais il manque un plan global : vouloir diminuer l’usage de la voiture sans développer les déplacements alternatifs ne sert à rien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après plusieurs semaines d’hésitation et à quelques jours de la mobilisation des « gilets jaunes » contre la hausse des taxes sur les carburants, le premier ministre Édouard Philippe a fait mercredi matin sur RTL une série d’annonces favorables aux automobilistes. Expliquant qu’il était hors de question pour le gouvernement d’« annuler la taxe carbone », il a présenté un « plan de sortie » avec de « nombreuses mesures » pour « apporter des réponses aux préoccupations des Français ».