Sarkozy tente de s'approprier une victoire en demi-teinte

Par

Dimanche soir, la droite a emporté 7 régions, dont Provence-Alpes-Côte d'Azur et Nord-Pas-de-Calais-Picardie, gagnées grâce au retrait du PS. Une victoire contrastée dont s'est immédiatement emparé Nicolas Sarkozy, l'imputant à sa stratégie d'ultra-droitisation. Mais ses adversaires à la primaire ont une tout autre lecture du scrutin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quoiqu’il s’en défende, Nicolas Sarkozy misait énormément sur le front républicain. « Nous avons vécu un black sunday, nous vivrons un blue sunday dimanche prochain », confiait à Mediapart un proche de l’ex-chef de l’État dans l’entre-deux-tours. Ce 13 décembre, la droite a finalement gagné 7 des 13 régions métropolitaines, remportant la principale d’entre elles, l’Île-de-France, mais aussi Provence-Alpes-Côte d’Azur et Nord-Pas-de-Calais-Picardie, où le Front national était arrivé largement en tête au soir du premier tour. Le retrait des listes PS dans ces deux régions a favorisé les candidats Christian Estrosi et Xavier Bertrand, qui sortent grands vainqueurs, avec 54,78 % des suffrages exprimés pour le premier et 57,77 % pour le second.