Emmanuel Macron façonne un Conseil constitutionnel à sa main

La volonté du chef de l’État de nommer la ministre Jacqueline Gourault au Conseil constitutionnel accentue la politisation de l’institution. Quant au président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, il a choisi la magistrate Véronique Malbec, qui a supervisé l’enterrement de son affaire des Mutuelles de Bretagne .

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Emmanuel Macron n’aime pas les contre-pouvoirs, il l’a déjà montré à de nombreuses reprises. Mais à quelques semaines de l’élection présidentielle, à laquelle il n’est pas encore officiellement candidat, le chef de l’État pousse le bouchon assez loin. Soucieux de façonner un Conseil constitutionnel presque entièrement à sa main, Emmanuel Macron a proposé, mardi 15 février, la nomination de la ministre Jacqueline Gourault, 71 ans, alors que trois membres doivent être renouvelées.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal