Après le vote de la loi sur la SNCF, l’unité syndicale se fissure

Par

Tout le monde pensait que l’intersyndicale cheminote s’effondrerait avec le vote définitif de la loi. Elle a tenu bon. Le gouvernement pariait sur une fin des hostilités pour le mois de juin, la CGT et Sud Rail veulent poursuivre le mouvement cet été. Dans le détail, la mobilisation syndicale ressemble cependant de plus en plus à un cheval sans tête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Grève à la SNCF, acte II : vendredi 15 juin, la CGT a joué solo et pris les autres syndicats de court en annonçant son intention de faire durer la grève contre la réforme ferroviaire en juillet, court-circuitant la discussion entre organisations. Le syndicat Sud Rail suivra néanmoins. Trois jours plus tôt, à rebours, la CFDT faisait également cavalier seul en déclarant vouloir épargner les deux journées d’épreuves du baccalauréat. Une proposition initialement faite par l’Unsa mais rejetée en réunion, notamment par les cédétistes… L’unité pourrait définitivement voler en éclats lundi prochain, lors de la prochaine réunion interfédérale, à Paris.