Surveiller et punir l’ultra-droite: ce que préconisent les députés

Par Nicolas Lebourg

Le rapport de la commission d’enquête parlementaire sur l’ultra-droite précise bien qu’il ne s’agit pas de réprimer l’extrême droite s’exprimant dans le cadre légal, mais « l’ultra-droite », c’est-à-dire celle utilisant les moyens de la violence. Les trente-deux préconisations dessinent ce qui pourrait être une doctrine de l’État face à cette mouvance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Moins que des transformations juridiques, le rapport de la commission d’enquête parlementaire sur l’ultra-droite entend imposer des dynamiques et former les personnes chargées de l’autorité publique. Il propose ainsi la rédaction d’un guide apprenant aux maires les divers moyens de réfréner les activités de groupes radicaux sur leur territoire