De General Electric à Bouygues, le douteux transfert de Clara Gaymard

Par

Depuis qu’elle a quitté General Electric, où elle a joué un rôle actif lors du rachat d’Alstom, Clara Gaymard s’est lancée dans la finance privée. Seulement, GE l’a encore rémunérée en 2017, contre des conseils. Et Bouygues, principal actionnaire d’Alstom, a décidé de soutenir sa reconversion en la nommant à son conseil et en finançant son fonds. Au mépris de toute déontologie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a une vie après General Electric (GE). Enfin pour certains. Clara Gaymard en apporte la preuve. Alors que les salariés français du groupe américain se demandent quel peut être leur avenir après l’annonce de 1 048 suppressions d’emplois, la perte de technologies critiques et le rétrécissement des activités, appelées à quitter le territoire, l’ancienne présidente de GE France de 2006 à 2016, elle, a su rebondir, donnant une fois de plus l’illustration de la grande aptitude de la haute fonction publique française à frayer son chemin entre sphère publique et intérêts privés.