«Le Monde»: Matthieu Pigasse joue l’embrouille

Par

Sommé par le « pôle d’indépendance » du Monde de dire s’il accepte de lui conférer un droit d’agrément, Matthieu Pigasse assure dans un entretien au Figaro qu’il en est d’accord. Mais il pose des conditions qui suggèrent exactement le contraire et ne dit pas la vérité sur la réalité de ses accords secrets avec le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme le « pôle d’indépendance » du Monde, qui regroupe toutes les sociétés des personnels ou sociétés amies du groupe de presse (la Société des rédacteurs du Monde, la Société civile des publications de La Vie, la Société des lecteurs du Monde, la Société des cadres du Monde, la Société des employés du Monde, la Société des personnels du Monde, la Société des personnels de Courrier international et l’Association des actionnaires minoritaires du Monde), avait lancé un ultimatum à Matthieu Pigasse, le sommant de faire savoir d’ici au 17 septembre s’il accepte ou non de signer un texte leur conférant un droit d’agrément en cas d’entrée au capital de tout nouvel actionnaire, on se doutait que le banquier d’affaires allait prendre la parole.