Les impostures d’une victime imaginaire du 13-Novembre

Par

« Il avait fait le tour des médias pour raconter l’horreur, le traumatisme, l’après. Mais rien n’était vrai. » Deux ans après les attentats du 13 novembre 2015, Cédric Rey a été démasqué et arrêté. Libération, un temps victime de l’imposteur, a reconstitué son itinéraire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Un soir glacial de février 2016, il nous avait invités chez lui au Chesnay (Yvelines), dans la banlieue parisienne. Pour arriver à son pavillon, en sortant du Transilien, il avait fallu longer le morne cimetière Notre-Dame de Versailles. Cédric Rey se présentait comme un survivant de la tuerie du Bataclan. Un membre de l’association Life for Paris, qui rassemble les victimes des attaques du 13 Novembre, nous avait donné son numéro de téléphone : il s’était porté volontaire. Libération préparait à l’époque un dossier sur le thème de la reconstruction psychologique, trois mois après les attentats de Paris et de Saint-Denis.