Les nouveaux convertis du «macronisme»

Par

Ovni de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron n'a pas encore présenté son programme mais compte déjà de nombreux supporteurs. Jeunes ou plus âgés, pour la plupart jamais engagés en politique, ils remplissent les salles où il se produit, apprécient sa « nouveauté », son envie de « dépasser les clivages », sa promesse vague de « libérer les énergies ». De Strasbourg à Lille, de Nevers au Mans, enquête sur les nouveaux convertis du « macronisme ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« On va gagner ! » Sous un escalier du Zénith de Lille (Nord), un cri de guerre sonore retentit. C'est la « team ambiance » (sic) qui s'échauffe. Dans deux heures, ces filles et ces garçons, tous très jeunes, lanceront des « Macron président ! » avant que leur candidat n'entre en scène. Les dizaines de bénévoles – les « helpers » en jargon Macron, reconnaissables à leurs tee-shirts blancs siglés au nom du mouvement – organisent l'accueil des invités et préparent les formulaires de don. Devant une pancarte du célèbre hypnotiseur Messmer, une grande bannière blanche fait la pub de Révolution, le livre du candidat à la présidentielle sorti avant Noël.