«Gilets jaunes» d’Ile-de-France: «Les quartiers populaires sont là»

Par et

Entrés plus tard dans le mouvement, les « gilets jaunes » d’Île-de-France sont ces dernières semaines en pleine ébullition et, en faisant converger des luttes jusque-là très isolées et localisées. Du blocage de Rungis à l’intrusion sur le site d’Amazon, les actions coups de poing se sont multipliées, mais leur coordination reste complexe.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Ça bouillonne de partout en Île-de-France. » Il est 23 heures ce mercredi et Mouloud Sarahoui va bientôt commencer son service à l’entrepôt de Gennevilliers de Geodis, une filiale privatisée de la SNCF. Alors qu’il détaille les multiples actions de « gilets jaunes » auxquelles il a participé ces dernières semaines, la voix du délégué syndical CGT soudain se brise. La fatigue accumulée, l’émotion aussi. Il explique que le matin même il a participé à Argenteuil à une marche pour Sébastien, le jeune plombier du Val-de-Marne qui a eu une main arrachée lors de la manifestation des gilets jaunes du 9 février. La veille, il était sur les sites d’Amazon et de Geodis pour une action… « Et le soir, on a fait notre propre AG ! » raconte cet ouvrier de la logistique qui travaille en horaires décalés. « Mais c’est pas le moment de se sentir fatigués. On attend ça depuis des années. C’est une grosse, grosse bouffée d’air ce qui se passe », affirme-t-il pour décrire l’ébullition du mouvement.