Surveillance des frères Kouachi : les cachotteries du service de renseignement parisien

La direction du renseignement de la préfecture de police, qui a cherché à étouffer un raté à la suite de l’attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray, ne s’était pas pressée pour fournir à la justice les notes que celle-ci lui demandait après la tuerie de « Charlie Hebdo ». 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Les ratés de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP) dans le dossier de Saint-Étienne-du-Rouvray ne constituent pas une première. Des notes s’étaient perdues dans l’enquête sur les terroristes de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal