Néonazis dans l’armée: la longue litanie des «cas isolés»

Bien qu’inédits par leur ampleur, les cas de militaires français néonazis documentés par Mediapart ne sont pas les premiers. Même si le ministère des armées s’en défend, mis bout à bout, les « dérapages individuels » commencent à ressembler à un problème récurrent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À partir de combien de saluts nazis effectués par ses soldats peut-on dire qu’une armée a un problème ? En France, le ministère des armées estime n’être touché que « de manière très limitée » par les phénomènes de radicalisation – et donc a fortiori par la présence de militaires d’extrême droite violente – dans ses rangs. Interrogé sur nos dernières révélations concernant la présence de néonazis dans ses rangs, le ministère persiste à estimer que « ces comportements condamnables relèvent du domaine de la dérive individuelle ».