Quelle majorité pour le PS à l'Assemblée ?

Le PS et ses alliés misent sur une majorité absolue au Parlement, sans l'aide des écologistes ni du Front de gauche. Mais, d'un possible effet Trierweiler aux subtilités du réglement de l'Assemblée nationale, quelques accrocs pourraient venir troubler ce scénario idyllique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Confiance et prudence. Au PS et dans les ministères, on s’attend évidemment à une victoire dimanche soir, sur la foi des remontées de terrain, des sondages d’opinion et des projections en sièges réalisées à l’issue du premier tour. Beaucoup rêvent même d’une majorité absolue (c’est-à-dire supérieure à 289 sièges) pour le seul PS et ses alliés (chevènementistes et radicaux). Un scénario martelé vendredi par les médias sur la foi des derniers sondages de plusieurs instituts. « Nous travaillons sur l’hypothèse d’une majorité présidentielle suffisante qui nous permette de gouverner, confirme Jean Mallot, directeur de cabinet (pas encore nommé) du ministre des relations avec le Parlement, Alain Vidalies. Les différentes simulations sont à peu près convergentes et montrent que le PS et les formations apparentées peuvent être majoritaires seules. » Autrement dit, sans les écologistes ni Le Front de gauche.