Mise en examen d’Agnès Buzyn : la responsabilité pénale des politiques en question

La mise en cause de l’ancienne ministre a suscité de vives réactions, relançant le débat sur la relation entre responsabilité politique et pénale des membres de gouvernement et des élus.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

«Précédent dangereux», crainte d’une « chasse aux sorcières »… La mise en examen, vendredi 10 septembre, de l’ancienne ministre de la santé Agnès Buzyn par les magistrats de la Cour de justice de la République (CJR) a provoqué un flot de critiques contre une « judiciarisation de la vie politique » qui empêcherait d’agir. Les protestations sont venues de tous les camps : du Rassemblement national, par ailleurs cerné par les affaires politico-financières, aux représentants de plusieurs forces de gauche.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal