« Durcir l’accès au RSA ne permettra pas à ses bénéficiaires de sortir de la pauvreté »

À l’automne, certains départements vont inciter les bénéficiaires du RSA à faire des activités bénévoles, comme le souhaite le gouvernement pour, dit-il, les ramener vers le marché du travail. Pour l’économiste Anne Eydoux, conditionner le RSA à du bénévolat n’est pas la bonne manière de sortir les bénéficiaires de la pauvreté.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La promesse de campagne d’Emmanuel Macron de conditionner le RSA à un certain nombre d’heures de travail hebdomadaires avait indigné les spécialistes du sujet et les syndicats.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal