Affaire Leonarda : l'esprit et la lettre des textes en vigueur piétinés

Par

Vincent Peillon a rappelé que l'école devait être « sanctuarisée » et qu'il y avait « des règles de droit » et « des principes » à respecter, après la vive émotion suscitée par l'expulsion de Leonarda. Une procédure qui contrevient à tous les textes en vigueur sur le sujet dans l'éducation nationale et place le ministère dans une position délicate.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rue de Grenelle, l’expulsion en pleine sortie scolaire de la jeune Leonarda passe mal. Interrogé ce mercredi à la sortie du conseil des ministres, Vincent Peillon a vertement réagi. « Nous demandons qu’on sanctuarise l’école », a-t-il déclaré, visiblement très agacé. Le ministre, qui a affirmé attendre les résultats de l’enquête administrative diligentée par Matignon, a ainsi assuré qu’il y avait « des règles de droit » et « des principes qui sont ceux de la France. La sortie scolaire, c'est de la scolarité. Et notre règle c’est qu’on n’intervienne pas lorsqu’il y a scolarité ». Après avoir pris connaissance, lundi, du cas de l’expulsion de la collégienne Kosovare, le ministre s’était entretenu avec Manuel Valls dès le lendemain en marge des questions au gouvernement pour obtenir des explications.