En un an, le Parti socialiste a perdu 40% de ses adhérents

Par
Les élections municipales et cantonales terminées, le Parti socialiste entame sa longue marche vers le congrès, ouvrant l’ère post-Hollande. Mais par rapport à la dernière consultation interne, les adhérents ont déserté le parti. Décryptage, vrais chiffres et explication.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

«Dire qu’il est compliqué d’avoir les chiffres du PS est faux. C’est juste que nous ne les connaissons pas encore précisément.» Le 12 mars, au premier étage du siège du parti socialiste, le responsable du bureau national des adhésions, Philippe-Xavier Bonnefoy, tente d’expliquer le plus clairement possible la difficulté du recensement des adhérents. «Nous ne connaîtrons l’effectif exact du PS au 31 décembre 2007 que début avril, le temps pour nous de finir de traiter les remontées des fédérations, à qui on laisse traditionnellement un délai jusqu’à mi-février. Actuellement, nous en sommes à un peu plus de 150.000. On devrait donc être autour de 160.000 membres en tout».
En revanche, connaître l’ampleur du nombre des adhérents qui n’ont pas renouvelé leur carte semble plus embarrassant. Jusqu’ici, le chiffre maximal admis par la direction du PS était celui de 220.000 membres, soit le nombre de votants lors du vote d'investiture de Ségolène Royal comme candidate du parti à la présidence de la République. Problème, le 26 novembre 2006, à la tribune du congrès extraordinaire d’investiture, avant de proclamer le résultat de la primaire socialiste, le n°2 du PS, François Rebsamen, lançait à la tribune: «Compter 220.000 adhérents est en soi un événement historique pour le Parti socialiste. Mais vous devez savoir que nous n’avons jamais cessé d’enregistrer de nouvelles demandes d’adhésions et que le Parti socialiste, mon cher François, tu le sais, notre parti est désormais fort de quelque 280.000 adhérents.»

Vincent Feltesse, secrétaire national du PS aux nouvelles technologies, le confirme: «Fin 2006, on a frôlé les 300.000 adhérents. Jack Lang (alors responsable de la campagne d’adhésion) et François Hollande s’attendaient à un afflux de 25.000 nouveaux adhérents, sensiblement autant qu’après le 21 avril 2002. Or, il y en a eu plus de 100.000. Et les trois quarts sont repartis depuis.» Dimanche 16 mars, Philippe-Xavier Bonnefoy communique à Mediapart le chiffre officiel du “maximum socialiste” : 276.500. Le PS a donc perdu autour de 40% de ses membres depuis la dernière présidentielle.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

- Sur un sujet réputé “sensible”, la disponibilité et l'attention de Philippe-Xavier Bonnefoy a été totale. Le responsable du bureau national des adhésions du PS n'a à aucun moment refusé de répondre à mes questions.

- Sans la présence d'archives de L'Hebdo des socialistes sur Internet, qui m'a permis de retrouver le discours de François Rebsamen évoquant le chiffre de 280.000 adhérents, le résultat de l'enquête n'aurait sans doute pas mené le parti à reconnaître 276.500 adhérents comme maximum de ses forces passées.

- L'entretien avec l'universitaire Rémi Lefebvre, ainsi que ses travaux (qu'il m'a cordialement transmis), m'ont conforté dans l'idée que le monde de la recherche est une aide précieuse pour le journaliste. Ce recours aux sciences humaines sera multiplié autant que possible.