Joly et Montgolfier contre «l’esprit de la corruption»

Par et

Deux figures emblématiques de la lutte anticorruption en France, Eva Joly et Éric de Montgolfier, désormais soutiens du candidat Benoît Hamon, mettent en cause dans un entretien à Mediapart un déficit de tradition démocratique de la classe politique et des institutions face à la délinquance en col blanc. Et proposent des mesures pour y remédier.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Elle fut (entre autres) la juge d’instruction de l’affaire Elf. Il fut (entre autres) le procureur de l’affaire VA-OM. Eva Joly, aujourd’hui députée européenne écologiste et avocate, et Éric de Montgolfier, à la retraite, sont deux figures de la lutte anticorruption en France. Ils se sont tous deux ralliés à la campagne du candidat du Parti socialiste (PS) à l’élection présidentielle, Benoît Hamon. 

Dans un entretien croisé avec Mediapart, Eva Joly et Éric de Montgolfier livrent un réquisitoire contre « l’esprit de la corruption » qui gangrène la France. Ils mettent notamment en cause un déficit de tradition démocratique de la classe politique et des institutions face à la délinquance en col blanc. Ils ne sont pas tendres non plus contre certains aspects de leur corps d’origine : la magistrature.

Fin du statut pénal du chef de l’État, suppression du lien politique dans la nomination des magistrats, fin du « verrou de Bercy » dans la lutte contre la fraude fiscale, renforcement des moyens pour la justice et la police anticorruption, sévérité accrue dans les peines contre les fraudeurs… Eva Joly et Éric Montgolfier ébauchent un plan de combat pour tenter de changer la donne. Certaines mesures – pas toutes – figurent dans le programme du candidat Hamon présenté jeudi 16 mars.

La lutte contre la corruption est très rarement un programme politique. Pourquoi ?

Eva Joly © Reuters Eva Joly © Reuters
Eva Joly : Il y a encore une grande ambiguïté qui porte sur la transparence et sur le fait d’avoir quelque chose à cacher. Le raisonnement des politiques, c’est : « Si on commence à creuser, on va trouver des affaires sur mes petits camarades de parti, qui touchent de l’argent des labos pharmaceutiques sur des comptes offshore. » Ce genre de chose… Il y a une entente, une neutralisation. J’ai trouvé cela frappant dans les affaires de Nicolas Sarkozy, de voir que François Hollande ne lui rentrait jamais dans le lard sur ces questions-là.

C’est une entente, et cela n’a rien à voir avec ce qu’ils appellent une campagne électorale « décente ». Ce qui n’est pas décent, c’est de percevoir des fonds d’une vieille dame ou de ne pas pouvoir justifier l’origine des fonds qui vous ont permis d’acquérir votre premier appartement dans la ville dont vous êtes le maire, et de se faire élire président de la République en 2007. Là, en face, il y avait un grand silence. Je pense que cette entente remonte à l’après-guerre, aux accords entre les partis gaulliste et communiste sur la gestion de l’eau, par exemple, qui a longtemps financé la vie politique, pendant des décennies.

C’est une forme d’équilibre de la terreur ?

Éric de Montgolfier : Oui. C’est le jeu qu’on connaît tous : je te tiens, tu me tiens par la barbichette. On est dans une situation où, quand un candidat a des problèmes de probité, des problèmes avec l’argent, on n’y touche pas. C’est encore plus sacré que le sexe dans notre pays ! Les autres candidats sont gênés. Cela ne veut pas dire qu’ils sont malhonnêtes, cela veut dire que parler d’un problème qui touche une très large partie de la classe politique reviendrait à briser un pacte, j’allais dire un pacte qui est presque mafieux. On est au sein de la complaisance dans la classe politique : on ne parle pas de cela, parce qu’on ne sait jamais ce qui pourrait nous arriver. Et c’est dommage, parce que la justice n’est pas au cœur du débat.

Et pourtant, nous sommes tous concernés. Il y a des victimes derrière la corruption…

E. J. : Oui, mais la victime est abstraite.

É. de M. : Elle est diffuse, elle a du mal à se reconnaître elle-même comme victime.

E. J. : Alors que dans un meurtre, cela se voit tout de suite.

É. de M. : Ce phénomène se traduit bien dans cette notion absurde d’enrichissement personnel. On vous explique tranquillement que voler la collectivité, que ce soit pour son parti, cela n’est pas de la corruption ni du détournement de fonds publics, au prétexte qu’il n’y aurait pas d’enrichissement personnel. Je regrette que des juges aient accepté cette notion, que l’on trouve par exemple dans l’arrêt de condamnation d’Alain Juppé par la cour d’appel de Versailles.

Pardon, mais il me semble avoir fait condamner beaucoup de gens, pendant 40 ans, qui avaient pris de l’argent dans la poche du voisin, et s’ils avaient dit « ce n’est pas pour moi, c’est pour ma grand-mère », j’aurais éclaté de rire ! Eh bien, la Nation ne rit pas, quand on lui dit « ce n’est pas pour moi, c’est pour mon parti ».

D’autant qu’il y a une forme d’enrichissement personnel à financer son ascension politique pour accéder à des postes, avec les faveurs et les libéralités qui vont avec.

É. de M. : Bien sûr. Quand le secrétaire général du RPR met en place des emplois fictifs, il profite aussi de cet argent, puisqu’il est le secrétaire général du parti. Comment est-on arrivé à cette notion absurde, qui prospère aujourd’hui ?

25 juillet 2007. Claude Guéant (à gauche) et Nicolas Sarkozy retrouvent le colonel Kadhafi à Tripoli © Reuters 25 juillet 2007. Claude Guéant (à gauche) et Nicolas Sarkozy retrouvent le colonel Kadhafi à Tripoli © Reuters

Comment qualifieriez-vous la situation qui est la nôtre, avec un ancien président de la République (Jacques Chirac) condamné, son successeur (Nicolas Sarkozy) deux fois mis en examen, une trentaine de ses proches mis en examen et deux de ses anciens ministres (Claude Guéant et Christine Lagarde) condamnés, le leader du parti majoritaire (Jean-Christophe Cambadélis) condamné, l’ex-ministre du budget condamné pour fraude fiscale (Jérôme Cahuzac), le candidat de droite à la présidentielle (François Fillon) dans les filets de la justice, cinq enquêtes pénales contre le Front national… ?

E. J. : Le premier constat, c’est que nous n’avons pas gagné la bataille contre la corruption. Elle est toujours là. Et nous n’avons pas de raisons de dire qu’elle a diminué. Je pense que c’est lié à l’impunité. Pendant des décennies, il y a eu des classements sans suite opportuns, des nominations de procureurs très proches des politiques…

É. de M. : … et des juges aussi !

E. J. : Certainement (rires). J’ai une bonne opinion de la justice française et de la qualité des magistrats français pris individuellement. Je les trouve non corrompus et c’est miraculeux, vu le contexte dans lequel nous vivons.

É. de M. : Il y a tout de même l’affaire Azibert à la Cour de cassation. Et il y a eu la condamnation du juge Renard à Nice. Il y en a d’autres, partout. Il faut éviter de repeindre la justice en rose.

E. J. : Je ne la repeins pas en rose, mais je connais beaucoup d’autres justices que la nôtre, et il y a bien pire. Quand j’étais magistrate, je n’ai jamais eu de suspicion sur des collègues autour de moi.

Où se situe le problème ?

E. J. : Je l’ai identifié au niveau du parquet, notamment du parquet de Paris, lorsque j’étais juge d’instruction. Il y avait une volonté de ralentir certains dossiers, une volonté de protéger certaines personnalités, avec des théories fumeuses. Mais je n’ai pas identifié la corruption à l’intérieur du corps comme un problème.

É. de M. : Cela dépend ce qu’on entend par corruption. Recevoir de l’argent pour faire quelque chose, cela limite un peu la définition : je ne dirais pas que le corps judiciaire est corrompu. Qu’il y ait des corrompus, c’est sûr. Mais quand une grande majorité du corps judiciaire s’intéresse plus à sa carrière qu’aux affaires, on est bien dans un phénomène de corruption, c’est la corruption de l’esprit public et de l’esprit judiciaire. En 40 ans d’activité, j’ai rencontré beaucoup de magistrats qui avaient plus le sens de leurs affaires que celui de la justice.

E. J. : C’est très vrai. Quand les magistrats se rencontrent, le sujet de conversation numéro un, c’est la carrière. Cela pose le problème de l’organisation de la magistrature.

É. de M. : Tout à fait. Mais on ne peut pas éluder l’autre problème, celui de la classe politique. Et le problème de ceux qui portent au pouvoir des gens qui ont déjà fait la preuve de leur absence de probité. C’est ce qui m’inquiète le plus. Comment restaurer l’esprit public et donner à la population le sens d’une probité qui doit être collective ? Quand on leur parle de ses affaires, les partisans de François Fillon répondent : peu importe, c’est notre candidat.

Dans le même temps, l’extrême droite continue à monter, alors que le FN est au moins autant éclaboussé par les affaires judiciaires que les autres partis. Comment rehausser l’esprit civique ? Quelles sont vos solutions, vos propositions, vous qui travaillez avec le candidat Benoît Hamon (PS) ?

E. J. : C’est une question culturelle.

É. de M. : Il faut que les profiteurs soient les premiers à renoncer à leurs profits. Que l’un d’entre eux dise : je ne peux pas être candidat, quelqu’un d’autre mérite mieux la candidature. Ce serait magnifique ! Quel geste !

Juppé l’a dit, un peu tard, mais il l’a dit.

É. de M. : Oui, mais il triche un peu, en disant que le procès qui lui a été fait ne portait pas sur son enrichissement personnel et qu’il n’était qu’un fusible pour Jacques Chirac, ce qui n’est pas vrai. Il oublie au passage l’affaire de ses appartements de la ville de Paris.

E. J. : C’est l’idée selon laquelle « je fais un travail tellement remarquable pour la Nation, et qui est assez mal payé, j’ai donc droit à des privilèges ».

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

L'entretien avec Eva Joy et Éric de Montgolfier a eu lieu, lundi 13 mars, dans les locaux de Mediapart, à Paris.