Réforme institutionnelle de Macron: de nombreux points de crispation

Par

Emmanuel Macron devrait rendre ses arbitrages sur la réforme institutionnelle d’ici fin mars, mais les inquiétudes des élus sont déjà vives sur l’introduction d’une dose de proportionnelle, la limitation du droit d’amendement, l’inscription de la Corse dans la Constitution…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après dix jours de consultations avec les responsables parlementaires, Édouard Philippe remettra ses conclusions sur la future réforme institutionnelle, lundi 19 mars, à Emmanuel Macron, lequel fera connaître ses arbitrages dans les semaines suivantes. Le premier ministre a achevé ses rencontres en recevant, mercredi 14 mars, le président LR du Sénat, Gérard Larcher, qui bataille depuis fin janvier pour que son contre-projet soit pris en compte par le gouvernement. Rien n’a filtré de l’entretien entre les deux hommes, mais les discussions sont loin d’être terminées.