Commerces, usines, transports: ces Français qui vont travailler «la boule au ventre»

Par

Certains des salariés qui ne peuvent pas rester travailler chez eux s’estiment insuffisamment protégés du coronavirus. Mais le rapport de force dans leur entreprise leur laisse rarement les moyens de contrer cette peur. Témoignages.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Si la France est « en guerre » contre le coronavirus, comme l’a martelé Emmanuel Macron dans son discours du lundi 16 mars au soir, certains ont le net sentiment d’être envoyés « au front » ou « en première ligne » – pour reprendre les termes qui reviennent fréquemment – sans bénéficier des protections nécessaires. Lorsque le président a répété qu’il fallait limiter les déplacements « au strict nécessaire », il a en effet aussi incité les travailleurs à se rendre à leur poste « quand le travail à distance est impossible ».