À Marseille, Front national, royalistes et néofascistes font bon ménage

Par

Plusieurs jeunes royalistes de l’Action française ont fait campagne pour le leader du Front national marseillais, Stéphane Ravier, qui a remporté le 30 mars 2014 la mairie de secteur des 13e et 14e arrondissements. L’un d’eux, candidat FN dans un autre secteur marseillais et condamné en 2004 à deux mois de prison ferme pour violences, affiche ses amitiés néofascistes sur les réseaux sociaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au soir du second tour des municipales marseillaises, plusieurs jeunes militants sont apparus autour de Stéphane Ravier au Royal Garden, où le leader du Front national marseillais fêtait sa victoire. Le FN a raflé vingt sièges au conseil municipal de Marseille et remporté la mairie des 13e et 14e arrondissements. Bandanas blancs et vestes de cuir : le code vestimentaire de ces jeunes, qui portent leur champion en triomphe, est sans équivoque. C’est celui des jeunes de l’Action française, mouvement qui milite pour la restauration de la monarchie.