La hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers devrait les fragiliser encore plus

Par

Des élèves du master études de genre de l’université Paris VIII ont cherché à mesurer les effets probables de la hausse des frais d’inscription annoncée par le gouvernement pour les candidats venus de pays extracommunautaires. Conclusion : la mesure va les dissuader de venir, notamment compte tenu des très grandes difficultés matérielles. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’angle de traitement n’avait pas encore été exploré. La mesure, qui prévoit une hausse substantielle des frais d’inscription pour les étudiants étrangers extracommunautaires dès la rentrée prochaine, a été analysée sous deux prismes : l’économie et le racisme. Or les étudiants du cours d’anthropologie des sexualités du master études de genre de Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis, au sein du projet Genre et sexualité en migration (LEGS, UPL), ont mené entre février et mai une enquête collective nommée MalvenuEs en France – le plan du gouvernement s’appelant pour sa part Bienvenue en France – pour explorer les effets de la mesure sur les étudiants étrangers en termes de genre et de sexualité.