Montpellier : après la mort d’Aymen, la Paillade retrouve une paix fragile

À Montpellier, le quartier de la Paillade est sous tension depuis la mort d’Aymen, 13 ans, fauché par une voiture après la demi-finale France-Maroc. Jeudi soir, un groupe de jeunes s’en est pris à des membres de la communauté gitane, dont ferait partie le chauffard, qui ne s’est toujours pas rendu à la police. Depuis les appels au calme de la famille du défunt, la situation s’est apaisée.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Montpellier (Hérault).– Adossé à l’un des piliers bordant les commerces du boulevard de Barcelone, dans le quartier de la Paillade, Hakim* ronge son frein. Ici, difficile de penser à autre chose : Aymen monopolise toutes les pensées. « Pour l’instant, il faut nous laisser faire le deuil, on attend que l’enquête se fasse. Et si la justice ne fait pas son travail – et je sais qu’elle le fera mal –, ça se passera autrement », prévient le jeune homme, obnubilé par les dernières nouvelles de la presse locale sur son smartphone.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal