Usul. Repentance: faut-il céder aux décoloniaux?

Par Usul et Rémi Liechti

Nos démocraties libérales semblent prises dans les tirs croisés entre, d’un côté, les nationalistes et les néonazis et, de l’autre, ceux qu’il est désormais convenu d’appeler les « racialistes », les « indigénistes » ou bien les « décoloniaux », qui demeurent finalement méconnus.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

© Mediapart

Nos démocraties libérales semblent prises dans les tirs croisés entre, d’un côté, les nationalistes et les néonazis et, de l’autre, ceux qu’il est désormais convenu d’appeler les « racialistes », les « indigénistes » ou bien les « décoloniaux », qui intriguent et demeurent finalement méconnus. Si la mansuétude et l’empathie sont de rigueur lorsqu’il s’agit de parler des électeurs des premiers, les seconds sont si infréquentables et scandaleux qu’il faudrait les chasser des universités comme des plateaux télévisés. Mais que veulent-ils au juste ?

> Suivez « Ouvrez les guillemets » sur Twitter, Facebook et YouTube.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous