«Race», «racisme»: les nouveaux masques de l’extrême droite

Par

Discréditer les mouvements antiracistes en les faisant passer pour « racistes » ou « racialistes » : la dernière posture rhétorique du Rassemblement national n’est que l’avatar d’une longue euphémisation d’un racisme constitutif.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«La racialisation des relations humaines me fait horreur. » Le 10 décembre 2020, au micro de France Inter, Marine Le Pen, invitée à commenter le geste de protestation des footballeurs du Paris Saint-Germain et de l’Istanbul Basaksehir, après les propos racistes tenus par l’un des arbitres lors d’une rencontre de Ligue des champions, martèle : « Je vois une mouvance essayer d’importer en France la guerre raciale américaine. » Et de conclure que, pour elle, « déterminer les gens en fonction de leur couleur [] est une régression démocratique majeure ».