Féminisme décolonial vs féminisme universel: le débat

Par

Le féminisme a le vent en poupe mais se heurte souvent aux récifs de la division et des anathèmes. Pour mieux les saisir, Mediapart a réuni, pour un échange parfois vif, Martine Storti, auteure de Pour un féminisme universel, et Françoise Vergès, qui publie Une théorie féministe de la violence après avoir fait paraître Un féminisme décolonial.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a déjà quelques décennies, Virginia Woolf jugeait que le terme « féminisme » était tellement « corrompu » qu’il était préférable de l’écrire « en grosses lettres noires sur une feuille de papier ministre », puis d’approcher « une allumette de papier » pour le brûler.