De l'import-export au PS : Franck Lin mobilise la diaspora chinoise en Seine-Saint-Denis

Par

Militant socialiste à Bagnolet, Franck Lin mobilise activement ses réseaux “chinois” en Seine-Saint-Denis en faveur du candidat du PS. La tâche est rude vu la réputation abstentionniste de cette communauté. Entrepreneur dans l’import-export, il regrette la tournure « franco-française » de la campagne présidentielle.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Il ne laissera pas dire que la communauté chinoise, réputée abstentionniste, est acquise à Nicolas Sarkozy. Franck Lin a sursauté en lisant, début avril, un article du Monde décrivant les efforts déployés par une compatriote influente, Ling Lenzi, pour ramener des voix au président-candidat. Ce militant socialiste de Bagnolet, âgé de 46 ans, est venu saluer François Hollande lors de sa visite au centre social de La Plaine, samedi 8 avril, à l'occasion de son déplacement de 48 heures en banlieue. Et lui aussi mobilise activement ses réseaux pour faire voter en faveur du candidat du PS.

« Produire français », démondialisation, protectionnisme : entrepreneur dans l’import-export, il regrette la tournure « franco-française » de la campagne présidentielle. Mais il considère que le chef de l’État a appauvri le pays et n’est plus à même de le diriger.

Il reçoit au milieu du marché des grossistes d’Aubervilliers, rue des Gardinoux, au coin de la rue de la Haie-Coq, dans une ancienne usine transformée en bureaux aux allures d’arrière-boutique. À cette heure, en début de semaine, l’activité est à son comble dans ce quartier qui est devenu l’un des plus grands comptoirs commerciaux de prêt-à-porter en Europe.

Embouteillages monstres, klaxons à tout-va, fourgonnettes en double file, ça charge et décharge sans discontinuer, poussière dans le pâle soleil de printemps. Des plaques d’immatriculation de toutes provenances, Île-de-France, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Pologne, les clients viennent de partout s’approvisionner en bijoux fantaisies, en chaussures et en vêtements bas de gamme, jupes à volants, tuniques et autres foulards. Ils ressortent les bras chargés de sacs plastiques noirs bruissants de boutiques aux devantures sommaires.

Les collections, présentées à la hâte sur des mannequins déhanchés, se renouvellent à grande vitesse. En attendant d’être éventrés, les paquets s’empilent les uns sur les autres devant les boutiques en long éclairées aux néons. Une fois dépliés et repassés, les habits assemblés au bout du monde sont suspendus sur les cintres et vendus sans plus de façon. Jusqu’au ramassage des camions-poubelles, les emballages déchirés encombrent le passage, obligeant les hommes chargés de colis à maints détours. 

Dans une zone de stockage, derrière une grille métallique, à l’écart d’une cour intérieure, les locaux où Franck Lin donne rendez-vous sont partagés par plusieurs sociétés. Une seule adresse pour de multiples fonctions. En costume sombre impeccable, il explique posément sa démarche politique, inhabituelle dans un monde où la discrétion est de rigueur. « La plupart des Chinois sont en France pour gagner de l’argent. Ils veulent faire des affaires, et ne sont pas là pour afficher la couleur, la droite, la gauche, ils s’en fichent, reconnaît-il. Mais les choses sont en train de changer », estime-t-il.

Une nouvelle génération, plus jeune, plus impliquée dans la vie de la cité, est en train de prendre le relais, comme en témoigne la candidature de Chenva Tieu, tête de liste aux élections législatives de 2012 dans le XIIIe arrondissement de Paris. « Il est UMP, mais je le soutiens. Un asiatique à l’Assemblée nationale, ce serait une première ! » s’exclame-t-il au risque de brouiller les repères politiques.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Ce reportage a été réalisé lundi 16 avril 2012. Les photos ont été prises le même jour dans le “triangle des grossistes” d'Aubervilliers.

L'ensemble des reportages et des billets de blog écrits à partir de La Plaine, dans le cadre de la campagne présidentielle, sont rassemblés ici.