Les étudiants infirmiers dénoncent leurs conditions de travail

Par

Les étudiants infirmiers, en stage en pleine épidémie, sont affectés dans différents services, parfois en unité Covid. Ils sont indemnisés au maximun 50 euros par semaine. Une prime leur a été promise. Ils travaillent dans des conditions stressantes, parfois dangereuses, et les dénoncent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Léa* s’est résignée. Cette étudiante de 20 ans en deuxième année à l’Institut de formation en soins infirmiers (IFSI) se dit que si elle doit tomber malade, elle le sera. Et pour cause, en stage en psychiatrie, la jeune femme n’a pas le droit à un masque. Pour cela, il aurait fallu qu’elle soit fragile ou qu’elle vive avec une personne à risque. Alors, elle fait avec. Elle se « ruine » les mains à force de les désinfecter à l’eau et au savon. Elle a même développé quelques gerçures « avec du sang », du fait de ces lavages répétés. Elle essaie aussi de refouler ses angoisses pour ne pas être entravée dans sa pratique et ne pas être stressée à la moindre toux, raconte-t-elle.