Retraites: les femmes perçoivent deux fois moins que les hommes

Par

La lutte contre les inégalités hommes-femmes, l’une des plus scandaleuses injustices de notre système des retraites, sera-t-elle enfin à l’ordre du jour de la réforme que doit conduire le gouvernement d’ici l’automne ? L’association Osez le féminisme en doute et lance une campagne intitulée « Femmes, ne battons pas en retraite, battons-nous pour nos retraites ! ».

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

La lutte contre les inégalités hommes-femmes, l’une des plus scandaleuses injustices de notre système des retraites, sera-t-elle enfin à l’ordre du jour de la réforme que doit conduire l'exécutif d’ici l’automne ? À en croire le gouvernement, la problématique ne devrait pas passer à la trappe, cette fois-ci. Lors de sa conférence de presse du 16 mai, François Hollande a certes annoncé qu'il va falloir cotiser plus longtemps, mais il a aussi prôné davantage de justice, citant l’exemple des femmes qui n’ont pas les mêmes droits que les hommes, même à la retraite.

 © dr © dr

Pour mettre la pression sur les partenaires sociaux avant la deuxième grande conférence sociale qui s'ouvre jeudi, l’association Osez le féminisme lance ce mardi une campagne de mobilisation intitulée « Femmes, ne battons pas en retraite, battons-nous pour nos retraites ! », depuis la maison de retraite des babayagas de Montreuil. Car au lendemain de la remise du rapport Moreau, cette question des inégalités femmes-hommes aussi cruciale que la question de la pénibilité semble à nouveau complètement invisible, masquée par le débat « faut-il ou pas aligner le public sur le privé ? ».

Plus nombreuses à vivre des carrières hachées, parce qu’elles ont des enfants, mais aussi à signer des contrats précaires, à être payées au Smic ou à subir le temps partiel, les femmes voient le ciel leur tomber sur la tête à l’heure de la retraite. Selon les données de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) du ministère des affaires sociales et de la santé, le montant moyen des pensions mensuelles s'élève à 1 489 euros pour les hommes et à 777 euros pour les femmes. Soit un écart de 48 % !

« Pour mener leur réforme, François Hollande et le gouvernement de Jean-Marc Ayrault doivent impérativement tenir compte du fait que les conditions de départ à la retraite sont injustes au regard des inégalités femmes-hommes durant la vie active et qu’elles ont des effets désastreux en plongeant un nombre important de femmes dans la précarité : une retraitée sur trois touche une pension totale inférieure à 700 € (contre un retraité sur six), deux retraités pauvres sur trois sont des femmes », insiste l’association Osez le féminisme à l’origine d’un appel publié ce mardi 18 juin dans Libération, signé par trente-cinq féministes, syndicalistes, personnalités et chercheuses « pour que la réforme du système des retraites ne se fasse pas une nouvelle fois sur le dos des femmes », oubliées systématiques des réformes.

Le texte dénonce l’hypocrisie d’un système qui ne se donne ni les moyens d’atteindre l’égalité professionnelle, ni ceux de combler les inégalités au moment de la retraite. Aussi, les signataires exigent un certain nombre de mesures pour aller vers plus d’égalité et de justice. Parmi ces revendications se trouvent la suppression de la décote, la prise en compte des années d’études dans le calcul des pensions ou encore la revalorisation des basses pensions.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Osez le féminisme ! dédie à sa campagne de mobilisation un site internet spécial : www.retraites-femmes.fr où l'appel peut être signé. On y trouve notamment de nombreux témoignages de femmes déjà retraitées ou travaillant encore, des vidéos, des visuels cinglants et des infographies pédagogiques.