NUCLÉAIRE Enquête

Nucléaire: le gouvernement recule sur la fermeture des réacteurs

L’État a finalement décidé de renoncer à s’accorder le droit de fermer des réacteurs nucléaires pour mettre en œuvre sa politique énergétique. Du coup, la promesse de fermeture de la centrale de Fessenheim avant 2017 semble abandonnée. Pour quelles raisons la loi sur la transition énergétique est-elle en recul ? «Parce que nous ne sommes pas en Corée du Nord», répond le pouvoir.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

La loi de transition énergétique que Ségolène Royal présente mercredi 18 juin en conseil des ministres n’accordera pas à l’État le pouvoir de fermer des réacteurs nucléaires. C’était pourtant l’un de ses objectifs affichés il y a encore quelques mois. « Réussir la transition énergétique suppose d’avoir de nouveaux instruments. Le premier instrument, c’est le pilotage de la politique énergétique », assurait François Hollande le 20 septembre 2013 lors de la deuxième conférence environnementale. « Je souhaite désormais que l’État puisse être le garant de la mise en œuvre de la stratégie énergétique de notre pays. Il ne s’agit pas de se substituer à l’opérateur, mais de maîtriser la diversification de notre production d’électricité selon les objectifs que la nation, souverainement, aura choisis. » Le chef de l'État ne parlait pas explicitement de fermeture de centrales mais bien de souveraineté nationale, et donc, implicitement de sa volonté de créer un nouveau rapport de force avec EDF.
« Le président de la République a dit que le projet de loi devait rendre leur responsabilité aux politiques en la matière, c’est un élément très important », constatait quelques semaines plus tard Francis Rol-Tanguy, alors délégué à la fermeture de Fessenheim (il conseille aujourd’hui Ségolène Royal).

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

France — Enquête
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Outre-mer — Reportage
par Julien Sartre
Asie — Reportage
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Société — Enquête
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Littérature — Entretien
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l’écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Santé
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Blanquer, l’école à la renverse
Profs, élus, ils bricolent pour faire tenir l’école en temps de pandémie
Parmi les ressorts de la colère contre le ministre de l’éducation nationale, l’impression de devoir composer depuis des mois avec des bouts de ficelle arrive en bonne place. Pour pallier les manques et retards de l’État, enseignants et élus locaux se mobilisent comme ils peuvent.
par Mathilde Goanec

Nos émissions