Tennis: un camouflet du comité d’éthique pour le président de la fédération

Par

Dans l’affaire du faux doctorat d’économie du président de la Fédération française de tennis, le comité d’éthique estime qu’« il n’y a pas lieu de présumer la mauvaise foi » de Bernard Giudicelli, mais il « considère que l’accumulation de négligences » de sa part « est de nature à heurter les principes d’intégrité et de loyauté ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un camouflet sévère pour le président de la Fédération française de tennis (FFT). Dans l’affaire de son faux doctorat d’économie, révélée par Mediapart, le comité d’éthique de la fédération vient de rendre son avis ; et il est très sévère à l’encontre de Bernard Giudicelli. Le comité d’éthique ne retient certes pas de faute à l’encontre du président de la fédération mais il pointe une « accumulation de négligences » qui « est de nature à heurter les principes d’intégrité et de loyauté », édictés par la charte éthique de ce sport.