Etats généraux de la bioéthique: «Un débat de citoyens, pas de spécialistes»

Par

Le Comité d’éthique a lancé jeudi des états généraux pour sonder la société française sur les questions soulevées par les avancées scientifiques, ainsi que sur des sujets de société : médecine prédictive, ouverture de la PMA à toutes les femmes, suicide assisté, etc. Son président, Jean-François Delfraissy, veut en faire une expérience de « démocratie participative ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Ne parlez pas seulement de la PMA (procréation médicalement assistée) et de la fin de vie », supplie Jean-François Delfraissy, président du Comité consultatif national d’éthique (CCNE), lors du lancement des états généraux de la bioéthique, jeudi 18 janvier 2018. « L’arrivée de la robotique, le big data, la modification du génome sont des sujets qui vont bouleverser notre quotidien », ajoute le professeur, fort d’une expérience de trente ans de lutte contre le VIH.