Le RAID secoué par une affaire de propos racistes

Par

Amaury de Hauteclocque, l’ancien patron du RAID, a-t-il délibérément évincé un gardien de la paix qui l’avait alerté sur des propos racistes qu'aurait tenu un gradé ? Selon un rapport de ce gardien de la paix, un brigadier du RAID aurait parlé de « bougnouls » lors de la visite d'une délégation algérienne à l'unité d'élite en mai 2009. Une enquête de l'IGPN, la police des polices, a été ouverte.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Amaury de Hauteclocque, l’ancien patron du RAID, a-t-il délibérément évincé un gardien de la paix qui l’avait alerté sur des propos racistes qu'aurait tenu un gradé ? En mai 2009, une délégation militaire algérienne rend visite à l’unité d’élite à Bièvres dans l’Essonne. Les membres du Groupe opérationnel de soutien technique (Gost) du RAID sont priés de déballer leur matériel technique (radars, robots, etc...) pour le présenter aux hauts fonctionnaires algériens accompagnés, d’après un témoin, par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Selon un rapport adressé le 6 mai 2009 par un gardien de la paix du RAID à Amaury de Hauteclocque, la mission a provoqué de franches réticences au sein de l’unité.