La droite limite la casse, le FN obtient huit députés

Par

La vague Macron n’a pas totalement submergé la droite. L’alliance LR-UDI obtient 130 sièges et peut se satisfaire d’être, de très loin, la principale force d’opposition, même si les divisions internes sont déjà apparues. Le FN est loin de ses objectifs et n'aura probablement pas de groupe. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme un soulagement. La droite qui espérait, il y a un mois encore, obtenir la majorité absolue, en était presque, ce dimanche soir, à se réjouir de voir élire un peu plus d’une centaine de députés à l’Assemblée nationale. Il est vrai que la droite LR-UDI a plutôt mieux résisté qu’annoncé à la vague LREM. « La campagne intense que nous avons menée, circonscription par circonscription, a permis ce soir la constitution d’un groupe suffisamment important pour faire valoir nos convictions, pour défendre nos valeurs », a déclaré à peine les résultats connus, François Baroin.
Pour le chef de file de la droite, ces députés « porteront la responsabilité essentielle d'incarner la première force d'opposition sur les bancs de l'Assemblée nationale », puisque le groupe LR-UDI avec 130 sièges sera, de très loin, le groupe le plus important face à LREM.