«C’est nous les femmes de chambre qui allons gagner»

Des femmes de chambre de l’hôtel NH Collection, du groupe Elior, à Marseille, sont en grève depuis deux mois contre la dégradation de leurs conditions de travail et la dégradation de leur rémunération.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après un changement de sous-traitant, les femmes de chambre de l’hôtel NH Collection à Marseille ont vu leurs conditions de travail et de paie se dégrader. Une partie s’est mise en grève et tient depuis deux mois. Elles s’affrontent non seulement au groupe Elior et à ses six milliards d’euros de chiffre d’affaires, mais aussi à la police nationale, également assidue à leur piquet de grève devant l’hôtel, selon ce reportage de BastaMag. « Parfois, les policiers ne sont pas là quand on arrive le matin, donc on peut coller nos affiches sur les vitrines de l’hôtel », témoigne Elise, une de ces employées. Lorsque les forces de l’ordre ne les arrachent pas, les passants peuvent y lire « L’esclavage, c’est fini », ou « Les femmes de chambre sont des héroïnes ». Un slogan qui fait référence à la dureté de ce travail… « Nous avons presque toutes des problèmes de dos. Moi je dois porter une ceinture spéciale pour travailler, alors que je n’ai que trente ans. Dans quel état je serai à quarante ? » témoigne Amel, une autre gréviste.