«Gilets jaunes»: une nouvelle plainte vise le préfet de police Lallement

Par

Priscillia Ludosky et Faouzi Lellouche portent plainte contre Didier Lallement après le blocage de la manifestation du 16 novembre 2019 place d’Italie, à Paris, sans interdiction notifiée. Ils imputent la responsabilité des incidents au préfet de police.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que sa doctrine du maintien de l’ordre est de plus en plus critiquée, le tout-puissant préfet de police de Paris, Didier Lallement, est visé par une nouvelle plainte pénale. Deux figures du mouvement des « gilets jaunes », Priscillia Ludosky et Faouzi Lellouche, ont chargé leur avocat, Guillaume Martine, de saisir la justice des événements du 16 novembre 2019 dans la capitale, selon des informations obtenues par Mediapart.