Macron et le ventre des femmes africaines

Par

Désigner la fécondité des femmes africaines comme une entrave au développement du continent, c’est leur faire porter la responsabilité du sous-développement. Un contresens pour Françoise Vergès, auteur du Ventre des femmes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Interrogé sur la nécessité d'un plan Marshall pour l'Afrique lors du G20, le président Emmanuel Macron a répondu que « le défi de l’Afrique est civilisationnel ». « Dans un pays qui compte encore 7 à 8 enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien. » Dans un entretien à L'Humanité, la politologue Françoise Vergès, auteur du Ventre des femmes, estime que désigner la fécondité des femmes africaines comme une entrave au développement du continent est un propos « directement lié à l'idéologie occidentale d'après-guerre qui attribue aux femmes du Tiers monde la responsabilité de la misère et du sous-développement, ce qui évidemment absout l'Occident ». « Traite et colonialisme – travail forcé, déplacement de populations, guerres, massacres – n'auraient donc eu aucune conséquence », poursuit-elle.