Georji: «Je rêvais de rencontrer Michael Jackson et d'être footballeur»

Par

Georji Stoynev a 36 ans. Après deux ans passés dans 12 mètres carrés avec sa femme et deux autres hommes, il a pu sortir enfin du village d'insertion de Bagnolet avec un travail, un logement et une carte de séjour de dix ans.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

 © E.Berthaud © E.Berthaud

 

«Je suis originaire d'une ville d'un peu plus de 50.000 personnes, qui s'appelle Targovichte en Bulgarie. J'ai été à l'école à partir de 7 ans et jusqu'à 17 ans. Quand j'étais petit, je rêvais de rencontrer Michael Jackson et d'être footballeur. A 18 ans, j'ai fait mon service militaire, puis j'ai fait plusieurs jobs payés au noir dans le bâtiment.

Je suis arrivé en France le 19 septembre 2002 avec deux amis. Une connaissance qui était déjà ici m'avait incité à venir en me disant que je pourrais trouver un boulot. Quand je suis arrivé en région parisienne, je dormais dans le métro ou dans des squats. J'ai aussi habité dans un bidonville à Bagnolet où il y avait environ 100 personnes.

Vivre à quatre personnes dans 12 m2

Avec ma femme, Zhana, nous nous sommes installés en 2008 dans le village d'insertion de Bagnolet. Pendant presque deux ans, nous avons partagé une chambre de 12m2 avec deux autres hommes. C'était pas normal. C'était difficile d'avoir de l'intimité. Les toilettes, les douches, la cuisine et la laverie étaient communes aux habitants du village.

Les visites n'était pas autorisées. C'est vrai, ça m'énervait un peu ce règlement. Je me souviens que mon frère, qui habitait Marseille, était venu me voir à Paris. Il n'a pas pu rentrer ici, il est resté dehors... C'est pas normal. Je ne sais pas trop pourquoi c'était comme ça, pour la sécurité, pour ne pas que d'autres s'installent peut-être.

A l'époque, je travaillais au noir dans le bâtiment, à droite ou à gauche, mais rien de régulier. Je n'avais pas le temps de participer au cours de français, donc j'ai appris tout seul, au travail, dans la rue.

Sortir du village d'insertion : emploi et logement

Tout doucement, ça va, on trouve des solutions. Zhana est femme de ménage, moi j'ai décroché un CDD d'un an de cuisinier à plein temps dans une cantine. C'est l'ALJ qui m'avait orienté vers ce poste. Ça fait 5 mois maintenant que j'ai commencé. J'ai reçu une carte de séjour de dix ans. Mon dossier a été traité assez rapidement : en un mois j'ai reçu un récépissé qui m'autorisait à travailler pendant trois mois, puis la carte de séjour. Pour ma femme ça a été plus long, 12 ou 13 mois d'attente.

Nous n'habitons plus au village d'insertion de Bagnolet. Nous venons de trouver un logement, un F2 porte de Pantin avec l'aide de l'association SOS habitat. Nous avons deux petits salaires, qui permettent de payer le F2 que nous louons 550 euros pas mois. Maintenant j'invite qui je veux. Oui, c'est chez moi... Enfin... Oui, c'est chez moi.

De temps en temps, je retourne en Bulgarie. Mais bon, presque toutes mes connaissances sont parties en Belgique, en Italie, en Pologne. Ma vie est en France maintenant.»

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale